Difficile Bitcoin

Les barrières à l'entrée de Bitcoin sont nombreuses pour les néophytes. Cherchant à se libérer du diktat de la dette et du monopole bancaire, la crypto-monnaie enferme dans un monde hermétique. Or pour positionner bitcoin en monnaie alternative, viable, et généraliser les routes de paiement du réseau, l’évaluation de ses attraits devra passer par les foules. Le grand défi est de prouver qu’une monnaie née de l'Internet, circule mieux que celles du système conventionnel.

Afin d'analyser les blocages d’une adoption par le public, il convient de rappeler la promesse originelle de Bitcoin : celle du digital-cash. Dès sa conception, le projet ambitionne de dépasser les contraintes techniques de la monnaie électronique, telle que proposée dans sa forme actuelle. Bitcoin veut faire la différence avec des services de paiement en ligne comme PayPal ou Stripe et les néo-banques comme Revolut et Orange Bank, ces derniers utilisant la monnaie classique.

Conditions d’utilisation

Pour démarrer, il faut être acheteur de bitcoins pour utiliser Bitcoin. Il incombe à chacun de détenir l'unité monétaire du réseau pour y accéder. Les monnaies officielles peuvent se changer pour du bitcoin, ce qui est devenu aisé avec la multiplication des plateformes d'échange de crytpo-monnaies. Mais cette initiation qui requiert de convertir de la monnaie légale contre un signe monétaire énigmatique, freine encore les plus curieux.

Acheter ses premiers bitcoins se déroule généralement via un porte-monnaie virtuel qui sécurise les démarches. En théorie, s'il n'est pas requis de céder d’information personnelle pour s'essayer à la crypto-monnaie, le processus de vérification d'identité se généralise (il est possible récupérer des fractions de bitcoins appelés satochis anonymement). Tout cela donne l'impression que Bitcoin est un réseau payant.

Avec l'obligation d’acquérir la monnaie virtuelle, vient la question de son usage réel. Or les bitcoins fraîchement acquis ne seront sûrement pas utilisables dans l’immédiat, puisque incompatibles avec les terminaux de paiement bancaires. Alors qu’un consommateur cherchera une monnaie facile à employer, novatrice dans ce qu'elle propose de plus, Bitcoin est encore rarement accepté chez un commerçant ou un marchand en ligne.

Chiffres à l’appui

Bitcoin est un réseau ouvert auquel on peut s'y brancher à l’image d’une première connexion à Internet. Toutefois une question subside : pourquoi la grande majorité des gens n’ont encore jamais utilisé Bitcoin ? Ces premiers moments de friction pour l'utilisateur sont en train d'être réglés par les nouveaux services qui misent sur une adoption croissante de la monnaie. Plus encore que des questions d’usage, il faudra réellement prouver les bénéfices apportés par cette monnaie tant louée.

Malgré l’espoir de venir concurrencer les monnaies étatiques, l’usage de bitcoin demeure quasi-anecdotique : s'il équivaut à moins de 1% de la masse monétaire totale dû à son régime d'émission fixe, il ne représente que moins de 1% du nombre global de transactions. Pour autant, l’offre générale de crypto-monnaies est foisonnante : le cap des 5 000 crypto-monnaies a été franchi le 1er janvier 2020. Il en apparaît une quinzaine de nouvelles chaque semaine, certaines disparaissant ou tombant dans l'oubli1.

Sur le paiement de détail, à savoir une utilisation courante pour payer des factures ou réaliser ses achats, les crypto-monnaies n’ont pas encore été en mesure de démontrer une commodité supérieure. Comparé à l’euro ou le dollar, le nombre de transactions réelles stagne à des volumes très faibles2. La légitimation de ces outils monétaires adviendra si des privilèges inaccessibles depuis les systèmes classiques seront rendus perceptibles aux particuliers et aux entreprises.

Débuts d'interopérabilité

Des entreprises émergentes font le pari d'imbriquer l'infrastructure banco-financière avec la toile crypto-monétaire. En collaboration avec les opérateurs de paiement, ces jeunes pousses offrent des cartes de débit Mastercard et Visa, permettant aux utilisateurs de payer et dépenser toutes sortes de crypto-monnaies. En plus d'accumuler pléthore d'actifs numériques, l’intérêt est d'emprunter le maillage-réseau d'acteurs de référence dans le paiement, pour régler en monnaie depuis ses actifs, sans plus détenir d'argent classique.

Pour l'instant, ce type de produit s’adresse aux profils financiers, soit des usagers capable de gérer leurs opérations financières au jour le jour. Pour ces spécialistes des technologies financières, le boursicoteur qui sommeille en nous pourrait jouer en temps réel avec des actifs fluctuantes sur les marchés, afin de gagner au change lors des paiements. On est ici loin de la monnaie facile et courante en pièces ou billets, mais le paiement par carte bancaire est déjà très répandu.

Le constat est clair : les paiements de pair-à-pair, se coupant des intermédiaires existants, peinent à s'imposer. Les réseaux transactionnels historiques sont captifs et bloquent Bitcoin comme nouveau mode de transmission des échanges. Dans cette tactique de passerelle avec le secteur traditionnel, ce dernier monopolise par son infrastructure et ses moyens de paiement, la quasi-totalité des mouvements financiers. Et les nouveaux entrants qui acceptent le jeu, s'opposent fortement à l'identité subversive de Bitcoin...

Court-circuiter les banques, vraiment ?

Des solutions de paiement Bitcoin-compatible peuvent se connecter à votre compte bancaire. Ici, l’idée est d’utiliser la couche de transport Bitcoin pour le règlement des transactions libellées en dollars ou euros3. Sans procéder à l'achat de bitcoin en premier lieu coté client, les parties prenantes à la transaction vont payer sans se rendre compte qu'ils utilisent les routes de paiement de Bitcoin. Via une application, il suffit de régler une facture electronique et un mécanisme de change automatique s'exécute en arrière-plan.

Il s'agit du cas particulier d'un dispensaire de cannabis, légalisé dans l'État du Colorado aux Etats-Unis. Le projet vise à combler le faible déploiement du réseau bancaire dans cette région, doublé du refus pour motif d’assurance de fournir un terminal de paiement. Le bénéfice est que l’utilisateur ne détiendra pas de bitcoin au sens légal du terme, évitant d'avoir à remplir la déclaration fiscale des comptes d'actifs numériques. Cette solution élégante a le mérite de démontrer grandeur nature les performances du réseau Bitcoin.

Si s’attaquer à la frontière entre monnaies régaliennes et bitcoin semble audacieux, cette approche ne fournit en rien un moyen de paiement supérieur à ce qui est déjà disponible. L'infrastructure banco-financière fonctionne efficacement dans les pays développés, notamment en France où le paiement par carte bleue est largement entré dans les mœurs. Cartes bancaires enregistrées pour ne plus avoir à saisir d'information, paiements sans-contact en magasin, tout se règle déjà en un instant.

L'atout Bitcoin

L'esprit judicieux est de tirer parti des propriétés éthiques du réseau bitcoin lui-même : nul besoin d’inscription et le partage des données privées est restreint au maximum. L'idée originelle du portemonnaie est d'y déposer des sommes facilement et de l'utiliser quand on en a besoin. Le portemonnaie virtuel, qui permet d'utiliser son argent en bitcoin, combine le stockage de ses fonds et le paiement en flashcode. Bitcoin assure les faveurs de l’argent liquide : fongibilité, confidentialité et immédiateté, version numérique.

Traiter un nombre maximal de transactions est désormais possible grâce à la mise à niveau du réseau appelée Lightning4 (Éclair) : les paiements sans tiers de confiance et sans aucune limite de flux sont arrivés. Ces transactions peuvent porter sur des micro-montants, s'exécuter continuellement sur des micro-intervalles de temps, comme des versements monétaires diffusés. La perception d'un argent étalé sur des secondes ou des minutes, où chaque euro est aussitôt redépensable, est bouleversée.

Concernant les paiements via flashcode (QR code), ce standard technologique ouvert fournit l’avantage d’être compatible avec tout téléphone avec appareil photo et connecté à Internet. Chaque appareil devient un terminal de paiement mobile, capable de propager des transactions. Le flashcode établit des certificats d’échanges infalsifiables, preuves de l'échange numérique de la valeur. Support facile d'utilisation, il est déjà le moyen de paiement le plus utilisé en Chine.

Interface relationnelle

La rampe d'accès facile aux crypto-monnaies est de générer à la volée un de ces fameux portemonnaies. En quelques clics, il est possible d'organiser ses paiements avec une facilité déconcertante. La création d'un compte bancaire nominatif, qui ordonne de manière statique les mouvements entre dépôts et retraits, est ringardisée. Un portemonnaie Bitcoin est une adresse numérique qu'on génère depuis une simple page Internet, sans commune mesure avec les virements bancaires5.

Sans télécharger une énième application, on peut créer autant d'adresses que nécessaire depuis un navigateur web. L'argent liquide numérique est basé sur l'approche en flux, où les sommes sont propagées instantanément depuis des espaces sécurisés en ligne. Ces coffres forts dynamiques, pour qui en détient l’autorisation, transforment les mouvements d’argent transfrontalier, même à des échelles infimes puisque quelques centimes peuvent être reçus immédiatement sans frais.

Ces adresses peuvent s'intégrer dans les usages puisque les transactions se font en argent comptant. Les sommes versées sont toute de suite réutilisables à sa guise, comme des espèces numériques. À noter que chaque adresse est « consommable » et s’auto-détruit une fois son solde vidée en totalité pour plus de vie privée. Un utilisateur garde et organise sa monnaie, comme s'il rangait ses pièces ou billets dans son portefeuille (et non un compte bancaire), pratique pour les dépenses quotidiennes.

Primauté du choix utilisateur

Bitcoin est loin d’être facile, mais il revêt les caractéristiques natives de l'Internet. Aucune offre de paiement généraliste n’est aussi globale et universelle, et a fortiori proche des échanges en espèces de personne à personne. Néanmoins, il suffit de parler de Bitcoin autour de soi pour se rendre compte qu’il a mauvaise presse et conclure qu'il n'est pas attractif pour tout le monde. Les acteurs de Bitcoin bataillent pour captiver de nouveaux adeptes, différents des fanatiques d'ores et déjà conquis par les monnaies alternatives.

Quand du bitcoin se dépensera communément pour des biens et des services, il aura atteint un niveau d'échange intelligible, instantané et confidentiel. Au delà de la spéculation sur des plateformes, ou de sa conservation comme un investissement, Bitcoin reste un instrument de valeur peu conventionnel. Pour faire la différence, il faudra inventer autre chose que du paiement similaire aux cartes de crédit ou des applications mobile comme Apple Pay ou Libra de Facebook.

À Bitcoin de se bonifier au grès de ses améliorations logicielles. Et devenir un jour, monnaie courante.

Sources :

¹ CoinMarketCap - Liste de toutes les crypto-monnaies

² CoinMetrics - Graphique des transactions en temps réel

³ Application Strike

Cercle du Coin - Table Ronde sur Lightning et ses enjeux

LNbits - Adresse pour envoyer/recevoir du bitcoin

Published 2 années plus tôt