Acceptabilité politique de la monnaie

Il n’y a pas de fonctionnement du capitalisme sans que l’argent ne vive d'une relation qu'est la dette. L'argent-dette est insaisissable puisqu'on peut gager des choses qu'on ne possède pas. Et c’est là le point d’exercice du pouvoir : celui qui décide de l’ampleur de la dette dont il va faire semblant d’être le garant. Dans une économie de la rareté, l’homme puissance est celui qui contrôle les mécanismes de la dette.

La crise financière mondiale a renforcé le besoin pour les citoyens de se réapproprier un bien public : la monnaie. La monnaie comme ressource commune car elle permet la circulation de larges pans de la richesse sociale. La monnaie incarne le plus grand projet de prospérité et de société pouvant engendrer un changement de paradigme. Surtout que l’euro et le dollar sont des monnaies déconnectées des enjeux socio-environnementaux.

Argent, monnaie et échange

L'argent est une substance mystificatrice sans réel visage. Dans l’épopée de l’argent, vont naître des pouvoirs inouïs. Invention extraordinaire de la puissance intellectuelle des être humains, l’entrée dans un symbolisme permet de mesurer et d’égaliser toute chose avec une autre. Le jour où les humains ont inventé ce dispositif, c’est l’acte même par excellence de l’intelligence qui naquit. Or si l'argent a une puissance dans lequel on croit, il reste avant tout un équivalant dans l'échange, qui installe une relation de confiance.

Pour stabiliser l'argent comme objet, on a pris des métaux fascinants ou des pierres précieuses afin de le représenter. Et c'est bien l’or qui prend toute sa dimension et son rayonnement quand justement il cesse d'être un métal pour devenir un agent d’échange et de relation. Mais aussi, l'argent est une marchandise, une substance mystérieuse idolâtrée voire même fétichiste. Dans le système d’argent-dette, l’argent est rare et correspond à un espoir de revenus futurs. N'oublions jamais que l’argent est immédiatement lié à la dette.

Lorsque l’outil se matérialise pour devenir autonome, tout comme la puissance financière symbolise une relation selon les termes qui lui sont reliés, il permet de passer de l’abstraction à un langage réel, devenant monnaie. La monnaie est une conversion dans laquelle une valeur ajoutée sociale est dégagée. Chaque monnaie tire sa valeur du consensus des individus qui l’acceptent en échange de quelque chose sur la base d'une convention. La monnaie est pure interaction, il n’y a rien de plus social que la monnaie.

La question est de savoir si l’on considère la monnaie comme un système d’information pour mesurer les échanges, ou plutôt comme un bien-marchandise. Si c’est un bien alors il se doit d’être rare puisque sa rareté déterminera sa valeur. Par contre l’information peut être produite à volonté et donc ce qui aura de la valeur, c’est ce qu’elle mesure. À ce niveau là, l’argent ne consiste donc qu’à un accord au sein d'une communauté à utiliser quelque chose comme moyen d’échange.

La monnaie au centre d’un renouveau

L’état d’esprit du logiciel libre continue de s’infiltrer un peu partout. Tout comme Wikipédia est le fruit d’une mise en commun de ressources et de volontés formant un objet en construction et susceptible d’évoluer dans le temps, le mouvement des cryptomonnaies induit un changement fondamental avec l'argent. Et que cet enchaînement progressif de ruptures conceptuelles prenne du temps pour être digérée par les élites, c'est en somme un bon indicateur.

Le caractère décentralisé des cryptomonnaies favorise un rythme d’innovation technologique sans commune mesure avec ce que l’on observe dans les systèmes financiers centralisés traditionnels, dont le statut, les procédures et l’aversion au risque constituent des freins majeurs. On peut donc enfin distribuer le pouvoir par ces nouvelles formes d'organisations économiques. On répond à ce monde complexe par des entités qui ne se concentrent plus autour d’une autorité centralisatrice, mais qui mettent en oeuvre l’ingénierie humaine via l’intelligence collective.

La plus célèbre d'entre elles, Bitcoin, est une monnaie qui émane spontanément de ses créateurs. Comme monnaie-réseau qui a su créer son propre environnement, la situation actuelle est sans précédente : des monnaies informatiques sont initiées tous les jours par des communautés et non plus des États. Cette transformation monétaire est aussi radicale que le passage des métaux précieux à la monnaie papier. Le problème est qu'il est difficile de repenser la monnaie en nous fondant uniquement sur notre expérience passée de milliers d’années d’utilisation d’argent physique.

Certains voudraient déjà remplacer un modèle par un autre. Nous n’en sommes pas encore là, mais il y a peut-être déjà un acquis : celui d’introduire une perturbation dans de nombreux systèmes mondialistes, dont nous ne nous étions pas toujours rendus compte qu’ils s’étaient refermés sur eux-même, en laissant à l’économie et à la monnaie une place qui détermine la circulation des richesses sur le globe. Avec ces nouveaux réseaux de valeurs, il s’agit de symboliser une forme d’argent au départ abstraite, pour en faire une substance communément acceptée.

La programmation de l'argent

Le logiciel dévore le monde. Il permet de programmer, de multiplier les fonctions et d’accompagner les usages. De la même manière, la monnaie devient un programme informatique, diffusable aussi simplement qu'un contenu numérique de type musique ou vidéo. L’argent-logiciel devient une application qui peut fonctionnaliser la monnaie, qui lui donne la capacité de mettre au point sa propre forme. L’argent programmable signifie donc qu'il devient reconfigurable à l’infini et s'agrémente d'utilisations diverses.

Une fois devenu logiciel, l’argent devient modulable. Il devient possible de développer un correctif, d’annoncer une mise à jour et de prendre en comptes les retours utilisateurs afin de mieux personnaliser leur argent. Par exemple, une entreprise pourra lancer l’euro 2.1, disponible dès maintenant pour tous, qui permet d’activer la traçabilité de chaque centime dépensé pour savoir où va son argent. L’argent va devenir une application, changer de forme, évoluer... vous ne payerez pas avec le même euro tous les mois puisqu’il aura été amélioré.

Adopter avec une nouvelle monnaie revient à se familiariser avec un nouveau service, tout comme découvrir une monnaie équivaut à télécharger une application mobile. La création monétaire devient automatique comme un flux d’information diffusé à l'ensemble des membres de cette zone monétaire applicative. Tout le monde sera assujetti non simplement au cours de la monnaie, mais dans ce qu’elle permet de faire de nouveau. Comme un objet vivant, elle saura fournir des moyens d'utilisation constamment enrichis dans ce qu’ils permettent de mesurer.

Des milliers de monnaies libres circulent déjà en ligne. Elles ne sont contrôlées ni par les banques centrales ni par les Etats. Demain, des foules de personnes et d'organisations utiliseront ces monnaies par choix, parce qu'elles permettent d'exprimer les croyances et les valeurs qu'elles portent. La démarche sera de se libérer de la monnaie conventionnelle rare fondée sur l'intérêt et la dette (85% à 95% de la monnaie en circulation aujourd'hui) et d'adopter des monnaies gratuites, faciles à faire circuler dans les réseaux publics et qui surtout, répondent aux défis contemporains.

Published 2 années plus tôt